Picquier Logo Picquier
Les Livres
NouveautesRecherche ThematiquePartenaires Point de VenteEspace ProfessionnelsForeign Rights

Catalogue

Auteurs

Traducteurs

Illustrateurs

Bibliotheque ideale

Index Alphabetique


Evenements

Hommage à Sylvie Gentil
Hommage à Sylvie Gentil

L'annonce du décès de Sylvie Gentil vient de nous surprendre et d'attrister tous ceux de la maison d'édition, alors que nous venions à peine de faire paraître, il y a quelques semaines les deux dernières traductions qu'elle nous avait offertes à l'automne dernier : "Un Chant céleste" et "A la découverte du roman" du grand écrivain chinois Yan Lianke dont elle était la traductrice éminente. C'est peu dire que nous aimions lire ses traductions : nous les attendions, nous les commentions. A Pékin, elle entretenait avec Yan Lianke une proximité faite d'admiration et de confiance réciproques, une amitié qui s'enrichissait certainement d'année en année, de livre traduit en livre traduit. Et nous, ses premiers lecteurs, nous admirions la haute exigence qu'elle avait de son métier, nous aimions son érudition quand elle nous expliquait modestement comment restituer la complexité d'une phrase chinoise ; nous aimions aussi son inventivité et cette langue poétique qui pouvait se faufiler avec discrétion dans les multiples tonalités des voix de l'écrivain.
Aujourd'hui, Yan Lianke et Feng Chen, notre directrice de collection s'associent à notre grande tristesse.

Sylvie Gentil a traduit aux éditions Philippe Picquier "Bons baisers de Lénine", "Les Quatre livres", "Les Chroniques de Zhalie", "Un Chant céleste", "A le découverte du roman". Et de LI Er, "Le Jeu du plus fin".

Photo de F. Piault, LivresHebdo


Catalogue

Revenir à la liste

L'Échelle de Jacob de GONG Ji-young

Lire un extrait du livre :
pdf file iconEchelle de Jacob(351 KB)

GONG Ji-young
L'Échelle de Jacob
Traduit par Lim Yeong-hee et Mélanie Basnel

Collection Corée
360 pages / 19,50 € / ISBN : 2-8097-1136-3

Dix ans plus tard, frère Jean se remémore l’année qui a bouleversé sa vie. A cette époque-là, il avait vingt-huit ans et vivait dans une abbaye bénédictine en Corée du Sud, décidé à consacrer son existence à Dieu. Mais tout va être remis en question : il va connaître les vertiges et les tourments de l’amour humain, la mort atroce de deux frères, la révélation d’un tragique secret de famille.
« J’ai voulu raconter l’histoire d’une âme pure qui voulait recevoir des réponses aux questions fondamentales que sont l’errance, la mort, la douleur, la séparation, l’amour », dit Gong Ji-young. Au cœur de son roman brille d’un éclat douloureux un épisode de la guerre fratricide qui déchira le nord et le sud du pays. En décembre 1950, dans des conditions effroyables, le commandant d’un navire américain réussit à sauver des milliers de réfugiés de la mort. L’échelle de corde qui leur permet de monter à bord est pour eux comme « une échelle montant au ciel depuis le fond des enfers ». Et cette histoire vraie que lui rapporte sa grand-mère, car elle fut l’un de ces réfugiés, sera pour frère Jean une clef pour se réconcilier avec lui-même, les hommes, et le ciel.
Paru en 2013 en Corée, ce livre s’était déjà vendu à onze mille exemplaires deux jours après sa sortie.
Sortie en janvier 2016


La MaisonContactsCreditsHaut de page
Pour recevoir par courriel la lettre d'information, cliquez ici